J'aimerai vous parler de mon chef. Vous dire à quel point il est charmant, méticuleux, ordonné, directif, autoritaire. Il aime le travail bien fait, le travail parfait. Aussi exigent dans la rigueur du travail que dans le comportement et l'attitude, ainsi que la tenue vestimentaire. 

Cliché de la secrétaire en tailleur noir, cheveux tirés. Jupe courte, escarpins et porte jartelle. 

Vous dire à quel point il me cherchait. Me convoquant sans cesse dans son bureau. Me confiant des tâches qui ne m'étaient pas destinés et sans rapport avec ma fonction. 

Vous dire à quel point est chaleureux. Disant bonjour avec un sourire au coin des lèvres, tactile sa main dans le dos lors du baiser matinal. 

Mon chef est a nouveau célibataire... Et en arrêt maladie. 

C'est la direction qui nous l'a appris. Mais je fus la seule à recevoir un mail de sa part me demandant si ca allait, si je n'avais pas trop de boulot ? Et me laissant son numéro de portable "au cas ou j'aurai un problème". 

En salariée bien élevée, je prendrais de ses nouvelles, lui disant de se reposer et lui me dirait que "la sieste ce n'est pas son truc". 

Puis de revenir au boulot, devenir plus autoritaire, exigent, directif. 

Mon caractère rebelle lui ferait du rentre dedans tout en étant très subtil. Bouton de chemisier defait lors d'un point de travail à son bureau. Jupe et escarpins impeccables. Parfum envoutant. 

Le sentir agacé, subjugué, à bout de souffle. 

Et vint ce jour où... après des semaines de "je te cherche, tu me cherches, tu m'as vu" il m'attraperait fougeusement pour m'embrasser. D'un revers de la main balayerait tous les documents sur son bureau pour m'y installer. Mais non ce n'est pas le genre à cela. C'est plutot penchée contre le bureau, seins écrasés sur la table, debout. A soulever la jupe, tire sur le porte jartelle et s'enfoncer sauvagement. 

Puis la journée reprendrait son cours. Et s'installerait un jeu dont il serait le seul Maître. 

 

Ceci dit, tout cela n'est que fantasme... Monsieur est toujours en arrêt maladie...